photoortho

 

Noémie a intégré l'école d'orthophonie de Strasbourg après une année de prépa au CPES Rouen. Retour sur sa vocation et son parcours.

 

"Un bon sens relationnel, de la curiosité et de l'imagination
 sont nécessaires pour exercer le métier d'orthophoniste."

 

Comment est née votre vocation pour l'orthophonie ?

C'est une vocation qui remonte au collège ! Jai toujours été attirée par ce qui touche à la langue, le français était ma matière favorite. Et parallèlement, j'avais aussi envie d'un métier relationnel. J'ai donc pensé très tôt à l'orthophonie qui permettait de combiner les deux dimensions. La mère d'une amie était orthophoniste et j'ai pu passer deux jours dans son cabinet  qui ont confirmé ma vocation pour ce métier !

Quelles sont les raisons qui vous ont conduite à faire une année de prépa ?

Après avoir obtenu un bac L, j'ai tenté deux concours d'école d'orthophonie pour me tester. J'ai échoué mais mes résultats n'étaient pas si mauvais et m'ont laissé penser que j'avais des chances d'être admise après une bonne préparation. J'ai donc décidé de faire une prépa et j'ai choisi de la faire au CPES Rouen car les classes étaient à petits effectifs et la pédagogie me semblait bien cadrante.

Comment avez-vous vécu cette année de prépa ortho au CPES Rouen ?

C'était une année très dure, une année de sacrifices ! Je me suis vraiment impliquée, j'ai toujours cherché à approfondir les cours...Je savais que c'était un concours difficile qui demandait un gros investissement en travail personnel. J'ai trouvé la période des concours très éprouvante aussi car on sillonne la France pendant quelques semaines pour les écrits et pour les oraux. Mais mes efforts ont été récompensés puisque j'ai obtenu plusieurs admissions.

Pourquoi avez-vous choisi l'école d'orthophonie de Strasbourg ?

J'ai eu un coup de cœur pour la ville, la proximité de l'Allemagne a joué aussi puisque je suis germanophone. En ce qui concerne l'école, les promotions à taille humaine, la possibilité de faire une partie du cursus à l'étranger sont des points qui ont retenu mon attention.

Avez-vous une idée du domaine dans lequel vous aimeriez exercer ?

C'est difficile de le dire, je ne suis qu'en deuxième année et les matières que nous avons abordées jusqu'ici sont assez théoriques (biologie, neurologie, sciences du langage...). Aujourd'hui, je suis plutôt intéressée par la phoniatrie - tout ce qui touche à la voix - parce que j'ai fait du chant...Mais c'est un domaine très technique et très complexe. En tous les cas, je préférerais travailler en institution  (hôpital, CMPP, IME) plutôt que seule en cabinet libéral. J'aime le travail d'équipe et l'idée de me confronter à d'autres disciplines. 

D'après vous, quelles sont les qualités nécessaires pour exercer ce métier ?

Je pense qu'il faut avoir un bon sens relationnel mais aussi de l'ouverture, de la curiosité de l'imagination pour être capable d'inventer des exercices qui correspondent au profil du patient. C'est un métier qui demande beaucoup de flexibilité et de créativité.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui se préparent aux concours des écoles d'ortho?

S'investir en prépa, travailler et approfondir toutes les matières. Certains concours n'ont pas d'épreuve scientifique mais on retrouve des questions de sciences dans le QCM de culture générale, donc on peut gagner là aussi quelques points si on a bien travaillé les sciences.  Et pour les oraux, être naturel, montrer son intérêt et sa motivation pour le métier.