A l'origine, pour quelles raisons avez-vous choisi le métier d'orthophoniste ?

Je l'ai choisi pour la relation d'aide et aussi pour des raisons personnelles parce que j'avais dans mon entourage proche une personne ayant des troubles de la communication.

Depuis quand l'exercez-vous et dans quels cadres ?

J'exerce ce métier depuis 1978, j'ai pratiqué en libéral, mais aussi dans une structure pour l'enfance handicapée et aujourd'hui j'exerce dans un centre de lutte contre le cancer...C'est un métier que l'on peut pratiquer dans des contextes très variés ; il a une place à tous les âges de la vie, de la néonatalité à la fin de vie.

Dans votre pratique, quel événement vous a marquée ? Quel est votre meilleur souvenir ?

Ce qui m'a marquée et qui continue à me marquer, c'est ce moment extraordinaire lorsqu'on redonne la voix à un malade....Lorsque cet événement se produit, et que le regard du patient est dans le nôtre, c'est toujours extrêmement émouvant.

Quellles sont les qualités indispensables pour exercer ce métier ?

Autonomie et sens des responsabilités pour aller jusqu'au bout d'une prise en charge, empathie et écoute pour guider le patient sans s'imposer. Il faut faire abstraction de soi pour être dans un véritable accueil de l'autre. Il faut être capable de travailler en équipe, avoir une grande curiosité intellectuelle, s'intéresser aux passions de l'autre car c'est une vraie matière pour travailler.

D'après vous, en quoi la prépa est-elle nécessaire pour réussir le concours d'orthophonie ?

On y apprend à travailler de façon assidue, on gagne en maturité. On apprend à réfléchir notamment à l'actualité, et c'est un véritable atout pour aborder les oraux...Il y a de nombreux sujets qui ont des répercussions dans l'exercice du métier (réforme des rythmes scolaires, mariage pour tous...), c'est bien d'y avoir réfléchi avant les épreuves. Et bien sûr, grâce à la prépa on découvre également de nouvelles matières - la psychotechnique, par exemple - c'est aussi un plus pour réussir le concours.

Quels sont les atouts de la prépa CPES Rouen ?

La prépa CPES Rouen a d'excellents professeurs de français et c'est un gros avantage ! Des orthophonistes y interviennent régulièrement pour parler des pathologies mais aussi du métier et là aussi c'est un atout car ce n'est pas forcément le cas dans d'autres prépas. Enfin la prépa CPES Rouen propose plusieurs concours blancs dont un en conditions réelles. Ce sont des professionnels universitaires chargés de cours et des concours en orthophonie qui font passer les épreuves. Les élèves sont dans les mêmes conditions que celles auxquelles ils seront confrontés le jour du concours. C'est donc un excellent exercice pour réussir le jour J.

Quels conseils donneriez-vous pour réussir le concours ?

Consacrer l'année de prépa à sa prépa et mettre entre parenthèses sa vie festive, passer quelques jours d'immersion en cabinet d'orthophonie, lire des ouvrages de rééducation, même basique, de phoniatrie, de psychologie...S'intéresser au métier et à sa pratique pour pouvoir en parler le jour de l'examen.